Páginas

quarta-feira, 17 de julho de 2013

Les oiseaux

Estava navegando, lendo sobre o processo de parrainage e esqueci um blog aberto. Hoje abri e li, sem querer, este post lindo que tem tudo a ver com o frozenbird... olha só:

« Il m'arrive parfois, dans la splendeur des crépuscules, de contempler les volées d'oiseaux. J'admire ces oiseaux qui voyagent à travers l'espace et le temps, construisant partout leurs nids pour chanter leurs chansons. Pour s'envoler, il faut qu'ils sachent se déposséder, surtout de leur origine. Ils ne considèrent pas leurs nids comme leur propriété ni comme leur raison d'être. Voilà pourquoi ils ne connaissent pas la nostalgie ni n'éprouvent de rancune à l'endroit de leur nouveau pays. Au fond, ils n'ont pas de pays, puisque leur cœur simple ne connaît pas les frontières. Et ils sont heureux.

Ainsi, ces oiseaux n'ont pas peur d'être invisibles ni d'être visibles. Même s'ils sont nés dans des ruines ou ont grandi dans des poubelles, ils n'en ont pas honte. Ils ne méprisent jamais leur sort. Ils n'ont pas le temps de mépriser quoi que ce soit, parce que leur vie est courte. Ils se contentent de plonger dans des lumières déroutantes, ont le courage de s'exposer au soleil. Ils s'envolent vers un avenir inconnu, les ailes chargées des poussières du temps et la tête pleine de chansons éternelles.» p.38-39


Ying Chen, Les lettres chinoises

(imagem daqui)



Aliás, fica a dica do blog: http://psicologasoltanomundo.blogspot.ca/2013/06/nao-ter-raizes-voar-pelo-mundo.html

Au revoir! 

 

5 comentários:

  1. Preciso me tornar mais oiseaux...
    Beijos,
    Lidia.

    ResponderExcluir
  2. Déa, tive que jogar no Google tradutor, pois não entendi nenhuma palavra ... rs...rs... agora sim posso dizer que o texto é maravilho!
    Bjs

    ResponderExcluir

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...